Conseil n°7: Envoyez une lettre au Père Noël et améliorez votre transit intestinal

Noël… Merveilleuse période de l’année où la féérie des fêtes rend petits et grands heureux, où les familles se réunissent dans le bonheur, où les commerçants réussissent la moitié de leur chiffre d’affaire annuel…

Tout ça c’est bien beau, mais on oublie qu’à Noël, on mange beaucoup de denrées graisseuses et que le risque est grand d’être victime d‘expectoration liquidatoire dégueulasse par voie extra intestinale (autrement dit « de caca mou« ).

Et bien moi, le Docteur Follamouche, diplômé en psycho-kinésithérapie, médecine urticaire avec assujettissement sensoriel, Osthéophysiostatistique et en boulonnerie (octogonale), je suis en mesure après 12 ans d’études sur le sujet de vous donner la réponse à ce problème :

Comment se goinfrer comme un sac à Noël sans pour autant faire du caca mou ? Grâce au Père Noël bien sûr !

Mon ami finlandais Eero Rovanilmniakkitospalainenoti, biologiste-sociologue et sismographe en pédalo à Turku m’a mis sur la piste il y a 2 ans de cela en me rappelant qu’en Finlande, les enfants sont 8 fois moins sujets aux désordres intestinaux que leurs parents.

Subjugué par ce chiffre, je m’interrogeais sur le pourquoi de ce comment et me demandais quelle était la différence fondamentale entre les enfants et leurs parents. Grâce à mon esprit de déduction scientifique hors norme la réponse m’a sauté aux yeux : Les enfants envoient des lettres au Père Noël.

De retour en France, je me suis donc lancé dans une expérimentation inédite. Sur un panel de 40 adultes ayant des difficultés transitoires prononcées, 39 ont passé un Noël tranquille après avoir écrit une belle lettre au Père Noël.

Voici le témoignage de Sabine V. 45 ans :

Avant, quand je mangeais du Foie Gras, des huîtres, une Quiche Lorraine, de la dinde, des Croustibat, du fromage, et de la Bûche à la crème pendant le réveillon et bien bizarrement mon transit était perturbé. Cette année tout a changé grâce à la lettre écrite au Père Noël. J’y ai dressé une liste de cadeaux (un sombrero, une trousse de secours, un appareil à raclette solaire et un minitel) et lui ai rappelé que j’avais été bien sage durant l’année. Résultat, aucune difficulté notoire au moment d’aller sur le trône.

Le cas de Sabine n’est pas unique, mais que cache t-il donc ? C’est très simple en réalité. Le fait d’écrire une lettre au Père Noël libère dans le cerveau des endorphines jubilatoires incrémentées. Celles-ci sont diffusées dans la partie sub labiale du cerveau près de l’hyperproutos, zone qui gère le transit intestinal évidemment.

En bref, écrire une lettre au Père Noël rend votre intestin heureux et celui-ci aura naturellement plus d’entrain et de facilité pour gérer l’afflux massif de nourriture grasse lors du réveillon.

Petite précision pour finir, ce traitement que je propose ne vous garantit pas d’avoir les cadeaux souhaités. Là ma science s’arrête et je laisse mon ami le Père Noël décider lui même si vous avez été assez sage durant l’année pour les mériter. Sabine en tout cas est ravie :

Aujourd’hui, je me sens mieux à l’intérieur et ca se voit à l’extérieur. Par contre j’ai pas eu le minitel à Noël et ça ça fait mal…

En attendant je vous invite à vous procurer l’ouvrage de l’académicien Marcel Vacance intitulé : Écrire votre lettre au Père Noël – Les 10 erreurs à ne pas commettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *